• Une photo extraordinaire.

     

       

    Je n’en avais jamais entendu parler mais elle vaut la peine d’être transmise.

     

    Pour ceux qui ne la connaissent pas. Une photo qui existe réellement.

     

    Elle a été prise avec 18 000 hommes avant de partir pour la guerre en 1918.. Incroyable...   La statue de la Liberté... à l'échelle humaine.
    > > >
    Photo de 1918 !
    > > > Amitiés  jany

     

    Titre «l'homme Statue de la Liberté », cette image a été prise au camp de Dodge dans l'Iowa et utilisé 18 000 les hommes.

    Sur une journée étouffante Juillet en 1918, 18 000 officiers et soldats posé comme Lady Liberty sur le terrain de parade à Camp Dodge. Cette zone a été l'ouest de Baker Street et est actuellement la zone autour de la construction S34 et à l'ouest.

    Selon une Juillet 3, 1986, histoire dans le Messager de Fort Dodge, de nombreux les hommes évanoui - ils étaient vêtus d'uniformes de laine - que la température approchait de 105 ° F.

    L' photo, Prise du haut d'un particulier construit tour par un studio de photographie de Chicago, Mole & Thomas, était destinée à aider à promouvoir la vente d'obligations de guerre, mais n'a jamais été utilisé.

    Un lecteur dont le grand-père apparu dans ce image transmises à nous quelques informations sur la photographie contemporaine préparé par le Comité sur l'information publique

    La conception de l'image vivante a été aménagé au terrain d'entraînement à Camp Dodge, situé dans la belle vallée de la rivière Des Moines. Des milliers de mètres de blanc ruban adhésif ont été fixées au sol et ont formé les contours sur lesquels 18 000 hommes et officiers ont défilé à leurs positions respectives.

    "Dans ce corps de soldats sont tous des centaines d'hommes d'origine étrangère nés de parents dont la première impression de la terre de liberté et promesse a été de standing dans le monde plus grand colosse aux gyrophare sur le portail d'une nation d'hommes libres, brandissant une chalumeau côté symbolique de la lumière de la liberté qui la statue représente. côte à côte avec fils natif de ces hommes, avec un patriotisme sans bornes, offrent maintenant à sacrifier non seulement leur liberté, mais même la vie pour notre pays bien-aimé. "

    Statue de la Liberté de l'homme
    18000 officiers et les hommes au
    Camp Dodge, Iowa, Des Moines
    Wes colonel Newman, Commandant
    Le colonel Rush S. Wells, Diriger

      

     


    58 commentaires
  • . Pour la petite histoire, sachez que les bouquets de moissons existent déjà depuis plus de 5000 ans. On en trouve dans le monde entier sous des formes variées. Ils étaient généralement symboles de fertilité. La dernière gerbe de moissons coupée, on en faisait une figurine, ce qui donnait lieu  à des festivités et des cérémonies rituelles.
    Cérès  déesse de la moisson, vivait pensait-on, dans les figurines tressées dans les épis mûrs que l'on gardait à l'abri l'hiver durant, pour protéger la déesse.

                                                           

    Cérès
    Déméter en Grec
    Ceres statue.jpg
    Déesse des moissons, de l'agriculture et de la fertilité

    Au printemps, on avait coutume de les jeter dans les champs pour que la déesse favorise la germination du grain.
    Ces objets servaient aux sacrifices et au culte rendu à une divinité agraire. On en a retrouvé des spécimens sous forme d'anges au Mexique, en Allemagne, et en Scandinavie on réalisait aussi des objets décoratifs avec du blé. En Bulgarie, on en fait avec du maïs. Ces "fétiches" peuvent prendre forme de figurines, mais souvent ce sont des formes traditionnelles, la plupart du temps symboliques. Les plus beaux spécimens se trouvent au musée de l'Homme. Ils viennent de différentes parties de l'Europe. Partout où pousse le blé, de la Russie à la Suède, de la Lithuanie au Yorkshire, de la Grèce à la France, de l'Albanie à l'Italie, il est porte-bonheur, symbole de fécondité.                   bouquets de moisson 10

     

     Les bouquets de moisson, de formes diverses, sont composés de tiges d'orge ou de blé, ramassées encore vertes avant les moissons. Ils sont ensuite ornés de fleurs séchées et de rubans. Tressés ou liés, très populaires jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale dans certaines régions, notamment en Normandie, ils évoquent les gerbes traditionnellement offertes par les ouvriers à la femme du cultivateur après les moissons.

     

    bouquets de moisson

    *

    bouquets de moisson (1)

    *

    bouquets de moisson (2)

    *

    bouquets de moisson (3)

    *

    bouquets de moisson (4)

    *

    bouquets de moisson (5)

      Au moment de la moisson, des bouquets de céréales étaient tressés. De forme diverses, ils représentaient souvent une croix, liant ainsi la puissance divine à la récolte céréalière, essentielle pour l'alimentation.Ces derniers épis concentraient "l'esprit du blé", là où se retrouvait la divinité agreste qui avait favorisé la germination et la pousse des céréales.
    On en faisait des porte-bonheur pour l'année à venir.

     

    bouquets de moisson (6)    *

    bouquets de moisson (7)

     

      Les bouquets de moissons
    Partout où pousse le blé, il est porte-bonheur, symbole de fécondité, il a ses dieux et ses rites, la plupart oubliés aujourd'hui.
    On a longtemps cru à un esprit du blé qui se logeait dans la dernière gerbe de moisson, et on l'a matérialisé sous la forme d'une vannerie à l'image de l'homme ou d'un animal symbole tel que le coq, le chien, le renard... En Ecosse, cette repésentation de l'esprit du blé prend la forme d'une femme que l'on nomme tout simplement "la vierge". Chaque région, chaque pays a ses couronnes et ses gerbes, naïves ou savamment tressées.
    On ne tresse plus dans les champs, il n'y a plus de fêtes, mais souvenez-vous que ces fragiles créations viennent de plus loin que nous. Elle racontent les mille rites qu'inventaient les hommes pour se concilier les dieux et s'assurer la fécondité du sol        

      bouquets de moisson 11

    *

    bouquets de moisson 8

    *

    bouquets de moisson 9

     

    bouquets de moisson Saint-Gilles-du-crétot

    *mod article1400921 4

    http://blancnoir.b.l.pic.centerblog.net/o/a08a8401.jpg


    3 commentaires
  • Ils montrent leurs fesses pour nettoyer les rues des crottes de chien

     À travers une campagne de communication insolite et décalée, la ville d enjoint les propriétaires de chiens à faire preuve de civisme en montrant... leurs fesses.

     

    for-beautiful-city_53673_w460.jpg

    L’agence de communication  vient d'imaginer une campagne de publicité pleine d'humour pour promouvoir la propreté de la ville 

    pour-la-proprete-de-la-ville-montrez-vos-fesses.jpg

    les propriétaires de chiens sont ainsi invités à montrer leurs fesses lorsque ceux-ci ramassent les déjections de leur animal!

     

    chacun sa méthode !!!!

    son-pour-la-ville-.jpg

    joelle-trop-tard.jpg


    55 commentaires
  • Brest. Un nouveau tablier pour le pont de Recouvrance

     L'installation du nouveau tablier a commencé

    Diapo LeTélégramme ici

     - Mardi 17 h, le tablier a dépassé le niveau de la route. Il s'arrêtera à 10 mètres, le temps de fixer les appuis sur lesquels il reposera en position normale.

    Mardi 17 h, le tablier a dépassé le niveau de la route. Il s'arrêtera à 10 mètres, le temps de fixer les appuis sur lesquels il reposera en position normale. Photo ajoutée le mardi 23 août 2011

     - Le pont de Recouvrance a été inauguré le 17 juillet 1954. Sa travée centrale mobile permet aux bâtiments de la Marine nationale de circuler en Penfeld.

    Le pont de Recouvrance a été inauguré le 17 juillet 1954. Sa travée centrale mobile permet aux bâtiments de la Marine nationale de circuler en Penfeld.

     - Vendredi 19 août 2011, l'ancienne travée mobile est déposée sur une barge.
    Vendredi 19 août 2011, l'ancienne travée mobile est déposée sur une barge.
     - La manoeuvre nautique s'effectue à quelques dizaines de centimètres près, par la Marine nationale
    La manoeuvre nautique s'effectue à quelques dizaines de centimètres près, par la Marine nationale
     - Lundi 22 août. Au matin, la nouvelle travée est prépositionnée. Elle mesure 87,50 mètres et pèse environ 600 tonnes.
    Lundi 22 août. Au matin, la nouvelle travée est prépositionnée. Elle mesure 87,50 mètres et pèse environ 600
    tonnes.
     - A l'extérieur de la chaussée, réservée au tramway et aux voitures, des encorbellements accueilleront piétons et cyclistes, avec vue imprenable sur Brest et la base navale
    A l'extérieur de la chaussée, réservée au tramway et aux voitures, des encorbellements accueilleront piétons et cyclistes, avec vue imprenable sur Brest et la base navale
     - Lundi, 22 h. Les quatre points de fixation de la travée mobile sont connectés. Avant la nuit, elle est hissée de quelques mètres au-desus de la barge.
    Lundi, 22 h. Les quatre points de fixation de la travée mobile sont connectés. Avant la nuit, elle est hissée de quelques mètres au-desus de la barge.
     - Le bitume et quelques rails sont déjà présents sur la travée, construite en Belgique.
    Le bitume et quelques rails sont déjà présents sur la travée, construite en Belgique.
     
    images et com Ouest France
     
     
    2008 Passage du pont de Recouvrance par Le Tourville 


     

    15 commentaires
  • Il y a bientôt trois semaines, le Centre interdépartemental de déminage faisait une découverte des plus surprenantes sur le chantier du futur tramway. Celui-ci avait été immédiatement stoppé, car une intervention s'imposait. Depuis, plus de huit tonnes de munitions de la Seconde Guerre mondiale ont été ramassées. Et cela devrait se poursuivre jusqu'à la fin du mois d'août. Le reportage vidéo de Nathalie André.

     Le dimanche 22 mars, au petit matin, environ 3.000 Brestois sont invités à quitter leur domicile, cette date ayant été retenue pour le déminage de l'engin explosif, découvert le 6 mars, au-dessus du port de commerce. Le reportage vidéo de Nathalie André.

    http://www.letelegramme.com/ar/imgproxy.php/PhotoIntuitions/2009/03/12/287796_bombe2.jpg?article=20090318-1000287776&aaaammjj=20090318

     

    http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQzYXvki5pn8kih9daoyAYL5GnYusD5DU4srcy7C641EPUtIMwc

    http://www.letelegramme.com/ar/imgproxy.php/PhotoIntuitions/2009/07/16/470912_5626984-dminieursdep-h101a.jpg?article=20090821-1000518104&aaaammjj=20090821

    Depuis le début de leur intervention sur le plateau des Capucins, un ancien site de l'Arsenal proche du centre-ville, les démineurs ont neutralisé trois obus et extrait quatre carcasses d'obus inertes.

    Des déchets de ferraille au lieu d'obus
    Durant la préparation de l'opération, les démineurs avaient détecté 83 échos métalliques pouvant être des obus, et 15 échos dont les formes étaient similaires à celles de bombes de la Seconde Guerre mondiale.
    Mais lors des premières journées de recherches, les 2, 15 et 16 août, la plupart des "cibles" traitées se sont révélées être des déchets de ferraille. "Les périmètres de sécurité sont fixés par la loi et rien ne pouvait nous dire qu'on ne retrouverait pas de bombe de forte puissance ou d'obus", a expliqué dimanche Jean-Pierre Condemine, le sous-préfet de Brest, à l'issue de la seconde phase qui a entraîné l'évacuation d'environ 2.000 personnes pendant le week-end des 15 et 16 août.

    26 échos à traiter ce samedi
    Les démineurs devront traiter les 26 derniers échos métalliques repérés sur le terrain. Les opérations pourraient se poursuivre dimanche, mais sans nécessiter d'évacuation.
    Le plateau des Capucins doit être rétrocédé par la marine nationale à la ville de Brest qui prévoit d'aménager ce site de la Recouvrance, quartier historique de la cité portuaire. La loi oblige le propriétaire à dépolluer le site avant cession. L'opération sur le plateau des Capucins aura coûté au ministère de la Défense quelque 2,5 millions d'euros, financés dans le cadre du plan de relance, a indiqué le sous-préfet de Brest.

     

                    http://www.ouest-france.fr/of-photos/2009/07/09/SIBR_2772938_2_apx_470_.jpg

     

                 http://www.ouest-france.fr/photos/2009/11/10/091110115631944_8_001_apx_470_.jpg

    Six tonnes de munitions ont été découvertes sur le terrain du terminal du futur tramway.Première mauvaise surprise dans une ville où l'on découvre des bombes à chaque coup de pelle.

    « Quel chantier ! On en a jusqu'à la fin du mois d'août ! » Armés de râteaux et de pelles, sept démineurs de la Sécurité civile attaquent prudemment un énorme monceau de terre. Dedans, des balles et des obus. Du petit au très gros calibre : 20, 37, 75, 88, 90 et 105 mm. Des munitions allemandes.

    Sur ce vaste terrain en friche, à l'est de Brest, doit être implanté l'un des deux terminaux de la ligne du tramway. La mise en service est prévue avant l'été 2012. L'endroit comportait de nombreux bunkers construits par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

    Un dépotoir

    « Deux bunkers avaient un trou sur le sommet, percés probablement par une bombe, explique Sylvère Damour, le chef adjoint du centre de déminage de Brest. À la fin de la guerre, ils ont servi de dépotoirs pour les munitions non explosées trouvées dans le secteur. »

    Soixante ans après, plus personne ne savait que les deux abris avaient servi de poubelles. Les entreprises de travaux publics ont démoli le toit des bunkers. Et vidé l'intérieur rempli de terre. Jusqu'à ce que des ouvriers aperçoivent, dans la terre, un objet suspect. Voilà quinze jours, les démineurs étaient appelés pour « un obus ».

    Tout de suite, les spécialistes ont compris qu'ils avaient affaire à « un gros problème ». « Le tas de terre est truffé de munitions. En onze jours, on en a trouvé six tonnes. » Les démineurs travaillent comme des archéologues. Ils ratissent la terre. Ils ont l'oeil : les plus petites munitions ressemblent à des cailloux enrobés de terre.

    Les démineurs ont tamisé les deux tiers du contenu d'un bunker. Ils en ont un deuxième à traiter. Les travaux ont été arrêtés, sans trop de conséquences pour l'instant. Les chantiers du futur tramway ne manquent pas ailleurs.

    Brest est une ville qui fut, en France, l'une des plus bombardées durant la Seconde Guerre mondiale. Les bunkers, devenus dépotoirs d'explosifs, protégeaient la base des sous-marins allemands, cible privilégiée des bombardiers anglais et américains. À chaque grand chantier, Brest s'est habituée à la découverte de grosses bombes enfouies sous la terre. À chaque fois, il a fallu évacuer la population, le temps de neutraliser ces bombes. La mauvaise surprise des bunkers truffés de munitions n'est sans doute que la première de ce chantier de trois années.

     

    Yannick GUÉRIN.

             

    A Brest, l'opération de déminage de la bombe américaine de la Seconde Guerre mondiale a débuté ce dimanche matin, à 9 h 30. Trois démineurs vont extraire la fusée de cet engin de 250 kg trouvée le 6 mars dans une rue d'accès au port de commerce, lors de travaux de réfection de l'éclairage urbain.

    Brest Surrender 1944



    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique