• Chasse aux paratonnerres radioactifs

    La France compte des dizaines de milliers de paratonnerres radioactifs qu'un site permet aujourd'hui de signaler.

     

    www.paratonnerres-radioactifs.fr

     

    *

     

    *

    Bienvenue

    Bienvenue sur le site de l’inventaire national des paratonnerres radioactifs (parads).

    Pour participer à cette action collective d’utilité publique, il suffit d’un appareil photo et d’un bon sens de l’observation. C’est facile, culturel et amusant.

     

    Vous  avez dit radi oactif ? 

    Les paratonnerres protègent les bâtiments des effets destructeurs de la foudre en drainant son énergie vers la terre. Ils seraient plus efficaces quand l’air qui environne leur pointe est fortement ionisé. Au début du XXe siècle, la technique d’ionisation consistait a leur annexer des éléments radioactifs tels que le radium 226 ou l’américium 241. Ce n’est qu’au cours des années 1970-1980, les technologies électroniques ayant pris le relais, que l’on eut conscience de la dangerosité du procédé initial.

    Des centaines de milliers dans le monde ?

    A lui seul, entre 1936 et 1986, un fabriquant français de paratonnerres aurait fabriqué plus de 230.000 parads qui ont été vendus dans le monde entier. Selon nos sources1-2, tous modèles confondus, il y en aurait dans l’Hexagone entre 30 et 50.000, certains ayant presque 80 ans. Mais voilà, personne ne connaît ni leur nombre exact, ni leur emplacement puisqu’ils n’ont jamais été répertoriés.

    Dans un cartable d’écolier

    Un bémol cependant: bien qu’il y en ait beaucoup, beaucoup trop, les premiers résultats de l’inventaire en cours montrent qu’il y en a sans doute moins que ce qu’estiment les experts. En revanche, les quelques dizaines de milliers qui restent se dégradent avec le temps. Nous avons constaté que certains ont perdu des radioéléments qui traînent sur les toits, à même le sol ou dans les réseaux d’eau pluviale (photo du haut). Plus grave, les sources radioactives — en principe scellées — peuvent aboutir dans un cartable d’écolier; c’est arrivé en Belgique après les tempêtes de 1999; ou sur un bureau …comme porte-trombone!

    Sources orphelines

    Selon les administrations1, les associations2, les scientifiques et les industriels3 concernés, les radionucléides qu’ils contiennent sont cancérigènes et mutagènes. Pour les qualifer, ils se disputent deux vocables. Le premier, « FA-VL », est un sigle sèchement explicite qui désigne les déchets radioactifs de Faible-Activité à Vie-Longue. Euphémique, le second inspire la pitié: « Sources orphelines ». Il n’empêche, ces nocives orphelines sont nombreuses, dispersées et vieillissantes. L’inventaire, contribuera à sa façon a débarrasser la planète de cet héritage insidieux.

    Nocifs pendant des milliers d’années

    Les autorités assurent cependant qu’ils ne présentent pas de danger là où ils se trouvent, haut perchés …s’ils sont en bon état. Elles admettent quand même qu’ils resteront nocifs pendant des milliers d’années. Par exemple, la « période » du radium 226 est de 1.602 ans, soit le temps nécessaire pour que sa radioactivité diminue de moitié. Ces radioéléments se nichent sur les clochers, les immeubles d’habitation collectifs et privatifs, les fermes et les coopératives, les phares, les gares, les bâtiments administratifs, les cheminées d’usines, les châteaux; mais aussi, les hôpitaux, les écoles et finalement, en déchetteries.

    Un risque ignoré

    Trop souvent, les élus et ceux qui possèdent ces appareils ne savent rien d’eux. De même, les personnes qui par métier circulent sur les toits: charpentiers, couvreurs, monteurs d’antennes et même quelques pompiers bien que des Services départementaux d’incendie et de secours (Sdis) aient édité des fiches de procédure opérationnelle. Autrement dit, rares sont les personnes conscientes des risques. Sans compter des entreprises qui les connaissent mais qui ne respectent pas la règlementation (voir aussi page Media)

    Mission impossible?

    Paratonnerre radioactif Helita au radium 226En 2006, un fonctionnaire chargé de suivre le dossier déplorait qu’un inventaire relève de la mission impossible. Prouvons-lui qu’avec Internet et la contribution civique des internautes c’est maintenant faisable. Nous avons le temps car le site d’enfouissement définitif dédié aux FA-VL n’a pas encore été choisi. Un retard qui explique pourquoi, contrairement à d’autres pays, la dépose n’est obligatoire en France que pour les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).

     


    http://www.paratonnerres-radioactifs.fr/?page_id=70

     

     

    PARTICIPER

    Pour participer à l’inventaire, il suffit de:

    I) Faire au moins une photo numérique du paratonnerre, si possible en haute résolution. Une vue générale du bâtiment et un gros plan de l’appareil sont l’idéal. Pour les gros plans, un téléobjectif  (zoom) est recommandé. Exemple:

    Un bon tuyau: sur le câble de descente de mise à la terre, en général à hauteur d’homme, il y à parfois un petit boîtier ou une plaque qui identifie le paratonnerre.

    II) Noter l’adresse postale (obligatoire), et éventuellement les coordonnées GPS de l’appareil. Une copie écran de Google Earth est vivement recommandée. Exemple:

    Clocher: 1, place de l’église, 65230 Castelnau-Magnoac.

    III) Compléter le formulaire en bas de cette page (obligatoire) en indiquant le lieu de votre découverte et le modèle que vous pensez avoir identifié. Vous recevrez en retour la procédure à suivre pour transmettre vos documents. Vous pourrez préciser si vous souhaitez que votre nom ou votre pseudo figurent sur vos images*.

    Vos photos géolocalisées apparaitront sur la carte de l’inventaire et éventuellement dans la page « Photos » dès que nous aurons vérifié qu’il s’agit bien d’un modèle radioactif (compte tenu du nombre de documents a traiter, un délai de trois semaines à un mois est a prévoir).

    S‘il est confirmé que vous avez débusqué un parad, après mise à jour de la carte, nous avertissons l’Andra, la mairie de la commune concernée et dans certains cas, le propriétaire de l’appareil, voire la préfecture.

    Formulaire de contact
    Nom * http://www.paratonnerres-radioactifs.fr/?page_id=70 

     


    « putain la honte !! Algues Vertes : Polémique à Telgruc-sur-Mer »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 3 Juin 2011 à 14:02
    denise

    Dorénavant, je marcherais avec le nez en l'air. Je t'envoie la facture si je me rétame !!  Je vais regarder à Jonage s'il y en a.

    Big bisous

    2
    Vendredi 3 Juin 2011 à 17:46
    papyserge  ☞..... ♫♪

    si tu te prends pas un réverbére !! tu risque de marcher dedans éhéh

    si tu en trouve !! tu donne juste la position !! pas la peine d'eller le démonter 

    bises @+

    3
    Vendredi 3 Juin 2011 à 18:35
    denise

    C'est dégueu ta photo et pas très romantique. Malheureusement il y en a partout. J'aimerai être flic parfois

    Bonne soirée

    4
    Vendredi 3 Juin 2011 à 19:08
    elisa-nv.over-blog.c

    Je laisserai l'inspection à des plus habiles que moi pour reconnaître ces fameux paratonnerres.

    Bonne soirée et gros bisous.

    5
    Vendredi 3 Juin 2011 à 20:45
    papyserge  ☞..... ♫♪

    c'est justement ce que dit l'article qui accompagne la photo

    dans un bled il vienne de refaire les trottoirs  et les commerçants ralent a cause des crottes de chiens

    bises @+

    6
    Vendredi 3 Juin 2011 à 21:11
    papyserge  ☞..... ♫♪

    pourquoi !! tu as peur de monter a la grande échelle éhhéé

    je viendrais la tenir si tu veux héhéh mdr

    si bien on te demande pas de les démonter juste de signaler leur position avec une photo

    bisous bonne soirée @+

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :